Union Valdôtaine de Paris

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
42

Vallée d'Aoste, l'essentiel

v_carteVal_aostept3 262 km2 de superficie, 100 km de long, 65 de large, une vallée centrale et 14 vallées latérales, deux des plus grands passages des Alpes, 400 lacs, une seule rivière, 500 torrents et 210 glaciers, 74 communes, 1 000 hameaux, 100 châteaux et 118 000 habitants... tel est le portrait en chiffres de la Vallée d’Aoste dont on devine la très forte corrélation entre les caractères géographique et culturel.
Une rivière, des vallées...
La Vallée d’Aoste est un vaste réseau de vallées latérales qui plongent toutes vers la veine centrale qu’est la Doire Baltée (Dora Baltea), laquelle prend sa source dans le massif du Mont-Blanc. Seul le bas de la vallée centrale de la Doire Baltée se trouve à une altitude inférieure à 500 mètres ; un cinquième du territoire est situé en dessous de 1 500 mètres ; 58 % à une altitude comprise entre 1 500 et 2 700 mètres ; 20 % dépassent cette altitude et 4 % sont recouverts par des glaciers, soit 190 km2.
Quatre grands sommets mythiques gardent le val d’Aoste.
- Le Mont-Blanc ferme le haut de la vallée centrale (4 807 mètres pour les Français, 4 810 pour les Italiens…). C’est du côté valdôtain que le Mont-Blanc présente ses faces les plus raides. La frontière avec la France suit la ligne de partage des eaux du massif... à l’exception du sommet principal qui, à la suite d’une erreur topographique du XVIIIe siècle fut entièrement mis en territoire français ! Mais les guides de Courmayeur y firent tant d’exploits qu’ils n’ont rien à envier à ceux de Chamonix. Le versant sud du Cervin, monument légendaire autant que montagne mythique, est entièrement valdôtain et veille sur Valtournenche. Du haut de ses 4 633 mètres d’altitude et fier d’être le deuxième plus haut sommet d’Europe, le Mont-Rose, aux confins du Val d’Aoste, du Piémont et de la Suisse, domine les vallées valdôtaines de Gressoney, du Val d’Ayas... Enfin, le seul des massifs valdôtains entièrement situé en territoire italien est le Grand Paradis (4 061 mètres). Au sein du parc national du même nom, il protège les espèces les plus nobles de la faune et de la flore alpines.
Quel autre domaine vous permet de skier en France, en Suisse et en Italie ?
Aux confins des Alpes françaises et suisses, entre la Savoie, la Haute-Savoie et le Valais, surplombée par les 4 000 les plus prestigieux d’Europe, la Vallée d’Aoste est un véritable paradis du ski. Avec 800 km de pistes de ski alpin, 300 km de pistes de ski nordique, 180 remontées mécaniques, 1 100 moniteurs de ski, 180 guides de haute montagne, 8 bases héliski et 111 chalets-refuges.
Quelle est la région d’Italie la plus riche en fortifications médiévales ?
Erigés sur chaque promontoire des bords de la Doire Baltée, 100 châteaux veillent sur la Vallée d’Aoste comme des sentinelles. Pour n’avoir jamais été abandonnés, la plupart sont merveilleusement conservés. Chargés d’histoire, leurs murs épais donnent plus de grandeur encore aux manifestations culturelles qui y sont régulièrement organisées. Alignés comme des sentinelles le long de la vallée centrale, présents dans chacune des vallées latérales, les châteaux valdôtains sont les témoins d’une vie féodale particulièrement riche et intense. Chacun a son caractère, son histoire et, s’ils ne sont pas tous ouverts au public, leurs silhouettes, parties intégrantes du paysage, s’imposent avec force.
Dans quelle région des Alpes se tient l’unique concours oenologique de vins de montagne ?
Avec 22 cépages et une vingtaine de vins d’appellation d’origine contrôlée qui conquièrent les tables des meilleurs restaurants, il n’est pas étonnant que la Vallée d’Aoste soit le siège du seul grand concours annuel de vins de montagne... d’autant que les vignobles du Valdigne sont les plus hauts d’Europe.
Le Grand Paradis se situe dans une petite région d’Italie, laquelle ?
C’est en 1919 que Victor-Emmanuel III donna à l’Etat italien les réserves de chasse que possédait la famille royale de Savoie dans la Vallée d’Aoste. Il stipula qu’il fallait conserver les espèces nobles de la faune et de la flore alpines et créer une réserve pour empêcher la disparition de la belle race des bouquetins, qui sont, dans ces montagnes, les derniers survivants d’Europe.
Dans quelle région se trouve la « Petite Rome des Alpes » ?
Stèles, tombes, vases... les fouilles archéologiques en disent long sur les origines d’Aoste, qui remontent au néolithique. Arrivèrent ensuite les Celtes qui s’unirent aux Ligures pour former les Salasses, lesquels vécurent paisiblement et richement de l’élevage des moutons et de l’extraction de minerais, dont l’or, qu’ils exportèrent au-delà des Alpes... Jusqu’à ce que les Romains les chassent, en l’an 25 avant J.C. L’empereur Auguste envoya 3 000 vétérans de sa garde prétorienne pour fonder une grande et vraie cité dans les montagnes : Augusta Praetoria.
Aoste est blottie à 537 m d’altitude, au bord de la Doire Baltée, au pied du Grand Combin (4 314 mètres), du Mont-Vélan (3 708 mètres), du Mont-Emilius (3 559 mètres), de la Becca di Nona (3 147 mètres) et de la Tête du Ruitor (3 559 mètres). Si la cité abrite de très riches musées, toute son histoire est nettement lisible en marchant dans la rue. Chaque siècle a vu naître dans la ville d’imposants édifices. Une cinquantaine de monuments historiques de la plus grande importance (dont la très célèbre collégiale Saint-Ours) en font aujourd’hui son décor. Ce sont les temps très reculés qui ont laissé les traces les plus indélébiles. La nécropole néolithique de Saint-Martin de Corléans, découverte en 1969 à la périphérie de la ville, exhibe plus de 40 stèles mégalithiques. Les vestiges d’Augusta Praetoria s’imposent par leur présence avec le monumental Arc d’Auguste, érigé pour marquer la victoire sur les Salasses, les gigantesques portes prétoriennes, les remparts, le pont, le forum, le théâtre qui pouvait accueillir 4 000 spectateurs, les thermes et même quelques villas. Remparts romains, tradition valdôtaine, élégance à l’italienne, culture internationale... Carrefour européen au cœur des montagnes, Aoste affiche au sein de ses remparts le caractère particulier de toute la vallée, où la modernité ne cesse de puiser dans des racines très profondes. Entre les énormes pierres des bâtiments romains, les grandes places du XIXe siècle sont propices à l’installation des terrasses de café... si chères à l’Italie.
Sur quelle voie médiévale se croisaient tous les pèlerins d’Europe ?
La « Francigena », appelée aussi la « Francesca » (la voie française) était jusqu’au Moyen-Age la seule grande voie qui reliait l’Angleterre à l’Italie, passant par le col du Grand-Saint-Bernard et descendant jusqu’à Rome. Depuis un an, cet itinéraire jalonné de très nombreux témoignages historiques est valorisé sur toute sa partie italienne, notamment en Vallée d’Aoste que la voie francigène traverse presque entièrement, et où le décor est particulièrement fort... Une façon très originale de découvrir la région.
Dans quelle région d’Italie le Français est-il langue officielle ?
Dans les écoles de la Vallée d’Aoste, les langues italienne et française sont enseignées à part égale et les professeurs de toutes disciplines, d’où qu’ils viennent en Italie, doivent avoir une connaissance approfondie de la langue française. Le bilinguisme se veut total... ce qui veut dire que chacun étant censé comprendre, lire, écrire et parler les deux langues, l’utilisation de l’une ou l’autre langue est totalement libre.
Dans quelle région l’homme le plus célèbre du monde passe-t-il ses vacances ?
Parce qu’il cherchait un site calme, serein, authentique... parce qu’il était épris de montagne et aimait la randonnée... parce qu’il voulait pouvoir embrasser du regard les plus belles cimes des Alpes... le Pape Jean-Paul II avait choisi de passer ses vacances estivales dans un hameau de la Vallée d’Aoste, Introd. Benoît XVI poursuit aujourd’hui cette tradition.
Dans quelle auberge servit-on plus de 100 000 verres de vin en mai 1800 ?
En route pour Marengo, où ils s’en vont battre les Autrichiens, Napoléon et ses 50 000 hommes franchissent le col du Grand-Saint-Bernard. A l’hospice, chacun des soldats reçoit 2 verres de vin, une ration de fromage ou de viande accompagnés d’un morceau de pain. Mythique, ce col est devenu l’un des grands itinéraires touristiques et culturels des Alpes, tout comme l’est le Petit-Saint-Bernard, de l’autre côté de la Vallée d’Aoste, qu’emprunta semble-t-il un autre grand conquérant de l’histoire... le redoutable Hannibal.

Bureau de renseignements touristiques
8, place Emile Chanoux – 11100 Aoste – Italie
Tél – 00 39 0165 23 66 27
Fax – 00 39 0165 34 657
E-mail – Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Web – http://www.regione.vda.it/turismo/default_f.asp
Vous êtes ici: Découvrez la vallée d'Aoste Vallée d'Aoste, l'essentiel