Union Valdôtaine de Paris

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
42

Nouveau succès pour l’Arbre de Noël de Paris

noel_ptLe programme des différentes initiatives organisées à l’occasion du 88e Arbre de Noël de Paris s’est clos le 22 janvier avec la réunion entre le Président de la Région Vallée d’Aoste, Augusto Rollandin, et les représentants des sociétés d’émigrés. Le Président Rollandin a rappelé la disponibilité du Gouvernement régional à collaborer avec ces associations. Il a remercié les présents « pour tout ce que vous faites au cours de l’année à l’intention de la Vallée d’Aoste, pour votre dévouement et votre travail constant, qui est entièrement bénévole ». Président de l’Union Valdôtaine de Paris, Jean-Baptiste Pedretti, s’est déclaré « très satisfait de la réunion et de l’ambiance générale des relations entre les sociétés de l’émigration et l’ensemble de l’équipe régionale ».

Les manifestations ont débuté le 20 janvier, avec l’assemblée générale du Comité fédéral des sociétés d’émigrés valdôtains, au cours de laquelle l’Union Valdôtaine de Paris a transmis le flambeau pour les deux prochaines années à l’Union Valdôtaine de Lyon, René Brunet en devenant le nouveau président. L’exposition de photos de Sophie-Anne Hérin a été inaugurée le même jour à la Maison du Val d’Aoste de Paris. Intitulée « Trois  Valdôtains à Paris : histoires du passé et du présent », elle propose une méditation sur l’émigration via trente-trois photographies en noir et blanc sur la vie de trois Valdôtains de générations différentes vivant en France. « Nous sommes heureux de présenter ce travail réalisé par une jeune Valdôtaine, qui a interprété le thème de l’émigration en nous rendant une vision moderne et personnelle, a affirmé l’assesseur de l’Education et de la Culture, Laurent Viérin, promoteur de cette exposition. En analysant l’évolution de ce phénomène dans le temps et en se penchant sur des expériences individuelles, Sophie-Anne a fait ressortir les liens profonds qui unissent les émigrés à leur terre d’origine et qui en même temps relient les différentes générations au fil du temps. C’est une façon de garder ce thème vivant, qui peut être appréciée non seulement par les émigrés qui, nous l’espérons, pourront retrouver dans ces images des parties de leur histoire, mais aussi par les jeunes, ainsi que par tous ceux qui visiteront la Maison du Val d’Aoste jusqu’au 19 mai. La Maison est une vitrine importante pour nos activités culturelles, a conclu l’assesseur, d’autant plus que dernièrement elle cherche à viser le jeune public. »

« Je crois que notre présence ici aujourd’hui, ainsi que celle de toutes les personnes arrivées de la Vallée d’Aoste, veut réaffirmer l’envergure de ce rendez-vous, a ajouté le Président Rollandin. Ce n’est pas un hasard si nous nous retrouvons ici chaque année : nous sommes là pour réaffirmer notre volonté de collaborer et d’œuvrer toujours mieux pour la Vallée d’Aoste et pour faire connaître ses spécificités, à plus forte raison dans une période difficile comme celle que nous vivons, où nous devons unir nos efforts. C’est justement le cas de l’engagement des sociétés d’émigrés et de l’activité de la Maison du Val d’Aoste, que le Gouvernement régional a voulue en tant que point de répère et antenne de la Région dans l’Hexagone. Aussi voulons-nous promouvoir l’image de la Vallée d’Aoste à travers ses jeunes artistes, qui peuvent transmettre une vision moderne et dynamique de notre réalité, comme nous l’avons fait aujourd’hui avec l’exposition de Sophie-Anne ».

Le samedi, 250 personnes, parmi lesquels une quarantaine d’enfants, ont participé à l’Arbre de Noël, organisé à l’Espace Reuilly, dans le XIIe arrondissement, par l’Union Valdôtaine de Paris, en collaboration avec la Présidence de la Région : un après-midi convivial qui a permis aux Valdôtains de l’intérieur et de l’extérieur de resserrer leurs liens. Au-delà du président Rollandin, de nombreuses personnalités ont participé à l’événement : Alberto Cerise, Président du Conseil de la Vallée, Laurent Viérin, assesseur de l’Education et de la Culture, Manuela Zublena, assesseur au Territoire et à l’environnement ; les conseillers régionaux Diego Empereur, Luciano Caveri, Giuseppe Cerise, Alberto Crétaz et Roberto Louvin ; Elso Gérandin, président du Celva ; Anna Fosson, responsable du Service de promotion de la langue française ; les syndics Giusto Perron (Fénis), Domenico Chatillard (Valtournenche), Riccardo Farcoz (Gignod, également président de la Communauté de montagne du Grand-Combin), Mauro Lucianaz (Arvier), Gian Carlo Stevenin (Perloz) ; Giulio Clerino (vice-syndic de Pont-Saint-Martin) ; Silvano Bergamasco (conseiller de Gignod) ; Corrado Lantelme (assesseur de Saint-Marcel) ; les présidents et représentants des sociétés de l’émigration René Brunet (président de l’Union Valdôtaine de Lyon et président du Cofesev), Aldo Daudry (président de l’Union Valdôtaine Dauphiné-Savoie), Jacqueline Viérin-David (présidente de l’Association Valdôtaine de Savoie), Sauro Carciani et Micheline Pilet-Quendoz (pour l’Union Valdôtaine de Lausanne), Gérard Schrepfer (président de l’Association des Levalloisiens d’Origine Valdôtaine), Roger Dujany (président de l’Association Sportive de l’Union Valdôtaine de Paris), Jean-Pierre Martin-Perolino et Pierre Bich (anciens présidents du Cofesev).

Le spectacle théâtral « Maurice Garin, un petit ramoneur au sommet du Tour de France », présenté par la compagnie « Le Théâtre d’Aoste », a fait l’unanimité. Interprété par Pierre Lucat, Aurore Codazzi et Stefania Ventura, il raconte l’histoire de cet émigré d’Arvier qui a remporté le premier Tour de France cycliste en 1903. Le metteur en scène, Livio Viano, a estimé que « son immersion dans cette histoire singulière lui a appris beaucoup de choses sur l’émigration valdôtaine, la dimension universelle de son message et la capacité humaine à transcender un destin ». La représentation de music-hall qui a suivi a ravi l’ensemble des spectateurs.

L’Arbre de Noël est aussi le lieu d’échange sur ses racines et de célébration de la patrie de cœur commune. Etudiante en histoire militaire, Carole Yoccoz, dont la famille a émigré d’Allein à la fin du XIXe siècle, est venue d’Albertville où elle demeure pour tenter de retrouver des traces de ses ancêtres qui ont émigré sur Paris. « En Savoie, compte tenu de l’occupation par les troupes italiennes, notamment venues de la Vallée d’Aoste, durant la Seconde Guerre mondiale, il était difficile de s’affirmer Valdôtain, explique-t-elle. Mon grand-père avait même fait une croix sur son identité d’origine. Grâce à l’Office du Tourisme d’Aoste, j’ai pu retrouver une partie de ma famille en Vallée. Il m’ont accueillie chaleureusement et nous avons été surpris de découvrir que nous avions une mémoire familiale orale commune ».

Evelyne Janelli et Emmanuel Fromentin sont venus avec leur petite Lucie, âgée d’un an. Ils forment un de ces couples que l’on rencontre parfois dans l’émigration. Ils se sont rencontrés par hasard mais ils sont tous deux originaires de la même commune, Arvier. Les grands-parents d’Evelyne sont partis du bourg tandis que ceux d’Emmanuel sont partis du hameau de Planaval il y a quatre-vingt ans.

Des « émigrés » tout récents étaient aussi de la fête. Agé de vingt ans, Sylvain Deguillame est parti de Verrayes en octobre dernier pour une formation théâtre et cinéma de trois ans à Saint-Denis, en région parisienne. Il avait déjà noué un premier contact avec la communauté valdôtaine de Paris au travers de son dîner dansant en novembre. Et a renouvelé avec enthousiasme son expérience, cette fois à l’Arbre de Noël.

La RAI Vallée d’Aoste va diffuser dans les tout prochains jours à 20 h un reportage de 24 minutes en français sur cette manifestation.

Didier Bourg

Crédit photo - Bureau de Presse Région VDA

Vous êtes ici: Accueil