Union Valdôtaine de Paris

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
42

L'avenir chinois des éditions Mosquito

pekin_ptLes éditions Mosquito ont été fondées il y a vingt ans à Saint-Egrèves, dans la banlieue de Grenoble, par Michel Jans. Professeur certifié d’allemand à la retraite, il est originaire de Lillianes, village que son grand-père a quitté au début du XXe siècle pour venir s’établir à Paris. C’est à l’occasion de ses nombreuses vacances familiales en Vallée d’Aoste qu’il a attrapé le virus de la bande dessinée. Et c’est dans ses lectures valdôtaines qu’il a puisé l’identité de sa future maison d’édition. « J’ai passé tous mes étés en Vallée d’Aoste, explique-t-il. C’est là que j’ai découvert les grands noms de la BD italienne. Des gens comme Hugo Pratt, Crépax et Battaglia. Je lisais toutes les revues à Lillianes et quand j’ai fondé Mosquito, je me suis souvenu des gens que j’admirais dans ces revues italiennes et qui n’étaient pas publiés en France, en particulier celui qui allait devenir notre auteur phare, Sergio Toppi. Le Maestro était tombé dans l’oubli et aujourd’hui, ironie de l’histoire, nous lui avons permis de créer à nouveau et nous revendons des droits d’édition aux Italiens et dans le monde entier ». Après avoir publié des auteurs comme Toppi, Battaglia ou Micheluzzi, Michel Jans a publié de jeunes auteurs italiens contemporains qu’il fait découvrir au public francophone dans les nombreux festivals européens auxquels Mosquito est associé.

Deux cents ouvrages ont déjà été publiés par Mosquito qui est devenue la référence française en matière de BD italiennes. Ce travail a été couronné l’an dernier au Festival d’Angoulème, plus grand événement européen dédié à la BD, avec l’attribution du « Prix du Patrimoine » à un album de Micheluzzi.

Michel Jans vient d’obtenir deux exceptionnelles reconnaissances à l’international. Après l’Europe, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, il a signé des contrats pour la publication de plusieurs de ses albums aux Etats-Unis et il rentre d’un voyage en Chine où il était l’un des rares Occidentaux convié au « Sino-Europe Comic Festival » à Pékin. Dans le cadre de cette manifestation, il a organisé une exposition sur l’œuvre de Sergio Toppi qui sera également présentée dans plusieurs autres grandes villes chinoises. Il a participé à des rencontres avec des auteurs de BD chinois et des étudiants et a donné à l’université une conférence sur la bande dessinée francophone et les éditions Mosquito. « Les artistes chinois, toutes générations confondues, ont un très grand bagage culturel et un très haut niveau de dessin, explique Michel Jans. De nombreux auteurs professionnels connaissaient déjà et s’étaient inspirés du travail de Toppi ».

La société Total Vision devrait prochainement publier en Chine les bandes dessinées de Sergio Toppi, confortée dans cette démarche par la réaction très positive du public et des artistes. Les livres de Toppi, les catalogues et la plaquette de présentation se sont en effet arrachés dès le vernissage de l’exposition. « Nous étions venus sans idées préconçues, ni objectifs commerciaux, précise Michel Jans. Nous sommes repartis absolument charmés par la gentillesse et la chaleur de l’accueil reçu. Nous sommes convenus, après l’échange de nombreux livres et cadeaux, de poursuivre et développer ces relations. Nous nous retrouverons notamment lors du prochain Festival d’Angoulême et il semble très probable que cette amitié débouche assez rapidement sur la production de nouveaux livres ».

Didier Bourg.
Vous êtes ici: Accueil